Trois entreprises qui prouvent que la data est la clé d’une transformation digitale réussie

Mis à jour le

Il est logique de considérer l’analyse des données comme une simple composante de la transformation numérique. S’il est indéniable que les données sont une composante majeure de la transformation digitale d’une entreprise, nous dirions qu’elles sont en fait bien plus que cela. En gros, l’analyse est l’élément fondamental de toute stratégie de transformation numérique.

Dans cet article, nous examinons trois marques bien connues qui ne se sont pas cantonnées au déploiement d’une stratégie SEO ou Social Media dans le domaine du marketing digital, puisqu’elles ont utilisé l’exploitation de données pour élaborer des stratégies de transformation numérique qui ont alimenté leur croissance et leurs profits, et les ont propulsées vers une position de leader.

Domino’s Pizza

Après des années de réactions assez catastrophiques de la part des clients sur leur produit, en plus de la chute des ventes qui a fait chuter les cours des actions à des niveaux historiquement bas pour la société, Domino’s a adopté une approche radicale pour transformer son activité. Ils ont commencé par affronter eux-mêmes les problèmes liés à leurs recettes, en étant souvent brutalement honnêtes avec les consommateurs sur les points où ils s’étaient trompés dans le passé.

Mais l’entreprise ne s’est pas arrêtée là. En même temps, elle a commencé à s’engager dans une transformation agressive du commerce électronique. Des années avant que vous puissiez suivre votre commande de livraison de nourriture via Uber Eats, Domino’s a introduit le Pizza Tracker qui permettait aux clients de commander et de suivre leur livraison de pizza en ligne. Il s’agissait d’une technologie vraiment innovante qui a placé Domino’s dans une catégorie à part par rapport à ses concurrents. L’entreprise a continué à innover en lançant une application mobile et teste même maintenant la livraison par drone et par véhicule autonome, ainsi que les assistants vocaux d’IA déployés pour prendre les commandes par téléphone.

Plutôt que de tout faire en même temps, Domino’s a effectué des tests A/B pour chaque nouvelle implémentation technologique afin de démontrer sa valeur. La transformation numérique de l’entreprise s’est appuyée sur une base solide d’analyse, et aujourd’hui, environ la moitié des employés du siège de Domino’s travaillent dans le domaine des logiciels et de l’analyse. En un peu plus de dix ans, l’action Domino’s est passée de 3 dollars par action à près de 300 dollars par action.

Starbucks

Il est difficile d’imaginer un commerce plus “traditionnel” que votre café local. Les cafés sont des lieux de vente de produits de consommation dans des magasins de détail. Mais Starbucks prouve que même une entreprise aussi apparemment à l’abri des vents de la transformation numérique qu’une franchise de café peut utiliser l’analyse de la data pour déployer une technologie intelligente qui améliore le résultat net.

Après avoir été contraint de fermer des centaines de magasins en 2009, Starbucks a commencé à adopter une approche basée sur les données pour les sites de vente au détail. L’entreprise utilise désormais des analyses pour identifier les meilleurs endroits où ouvrir de nouveaux magasins, en se basant sur des éléments tels que la circulation des piétons et le niveau de revenu du quartier.

Pour attirer encore plus de clients dans ses magasins et les encourager à y revenir fréquemment, Starbucks a créé son application très populaire Starbucks Rewards. Cette application permet à l’entreprise de personnaliser les offres faites aux clients, ce qui lui permet d’augmenter les commandes et d’inspirer une plus grande fidélité à la marque. De plus, l’application permet à l’entreprise d’accéder à une multitude de données sur les clients, qui peuvent être exploitées en permanence pour affiner et améliorer l’expérience client.

Le New York Times

Une autre entreprise traditionnelle, dont on prévoyait la disparition complète à l’ère du numérique. S’il reste à voir combien de temps encore les éditions imprimées du New York Times atterriront dans les kiosques à journaux et sur le pas des portes, il est clair que le géant de l’information lui-même s’est transformé pour prospérer dans le paysage médiatique moderne.

Le Times a compris relativement tôt qu’il devait s’adapter pour répondre aux exigences du numérique. Alors que d’autres médias ont relevé le défi en produisant des contenus de faible qualité pour générer des clics, le Times est resté fidèle à son modèle d’abonnement en mettant en place un paywall en 2011. En moins d’une décennie, le Times s’est constitué une base de 2,2 millions d’abonnés exclusivement numériques.

Comment y est-il parvenu ? Les données, bien sûr. Selon Kinsey Wilson, vice-président directeur des produits et technologies du Times : “Cela a été une combinaison de deux choses. Nous avons vraiment modernisé notre environnement de données, et tout simplement notre sophistication en matière d’analyse, et nous avons compris comment le public arrive à un point où il est prêt à s’abonner… Maintenant, nous comprenons, en fonction de la fréquence de vos visites, de votre engagement envers le Times, de votre profil particulier, de la prochaine action que nous pouvons entreprendre pour en faire une expérience plus significative afin de vous faire revenir plus souvent, pour vous rapprocher de l’abonnement”.

Une partie du chemin vers ce succès a consisté à développer du contenu numérique natif comme des bulletins d’information quotidiens, de nouvelles sections comme Well and Cooking qui proposent un contenu adapté aux smartphones, et le lancement du podcast très populaire The Daily, qui propose chaque jour une plongée dans une histoire importante survenue aux Etats-Unis.

Leave a Reply

  Subscribe  
Notify of