Spotify va dépenser 1 milliard de dollars pour acheter ses propres actions

Le service de streaming musical Spotify a annoncé aujourd’hui qu’il dépenserait jusqu’à 1 milliard de dollars d’ici le 21 avril 2026 pour racheter ses propres actions. Le montant en dollars représente un peu moins de 2,5% de la capitalisation boursière de Spotify, la société étant évaluée à 41,06 milliards de dollars ce matin alors que ses actions ont augmenté de 5,1% à la suite de l’annonce du rachat.

La société avait déjà exécuté un programme de rachat similaire en 2018 .

Une entreprise publique utilisant une partie de ses liquidités pour racheter ses actions n’a rien de nouveau. De nombreuses entreprises publiques, dont Apple, Alphabet et Microsoft, ont des programmes de rachat d’actions actifs, et il est courant de voir des entreprises matures ou presque matures consacrer une fraction de leur bilan ou un pourcentage régulier de leurs flux de trésorerie disponibles au rachat de leurs propres actions. .

Le but de ces efforts est de remettre de l’argent aux actionnaires. Les rachats, ainsi que les dividendes, sont parmi les principaux moyens par lesquels les entreprises peuvent utiliser leur richesse pour récompenser leurs actionnaires. De plus, en achetant leurs propres actions, les entreprises peuvent augmenter la valeur de leurs actions individuelles. En limitant les actions en circulation, le nombre d’actions de la société diminue et la valeur de chaque action augmente par conséquent, en théorie, car elle représente une fraction plus importante de la propriété de la société. 

Les actions Spotify se sont échangées jusqu’à 387,44 $ chacune au cours des 12 derniers mois, mais ne valent plus que 215,84 $, y compris les gains d’aujourd’hui. De ce point de vue, voir Spotify décider de déployer des liquidités pour racheter ses propres actions est logique – la société achète à bas prix.

Spotify a encore de beau jour devant lui en matière de première plateforme de streaming au monde avec des millions de stream spotify cumulés sur chaque titre !

Mais si vous demandez à une entreprise récemment ouverte ce qu’elle entend faire de ses liquidités excédentaires, les rachats ne sont généralement pas la réponse. Par exemple, TechCrunch a demandé au PDG de Root Insurance, Alex Timm, si son entreprise avait l’intention d’utiliser des réserves de trésorerie pour acheter ses propres actions après son récent rapport sur les résultats du deuxième trimestre 2021. Le cours de l’action de Root a baissé ces derniers mois, ce qui en fait peut-être un moment attrayant pour récompenser les actionnaires par le biais de rachats. Timm s’est opposé à l’idée, affirmant plutôt que son entreprise construit pour le long terme. Cela se traduit par : cet argent est destiné à la croissance, pas au rendement des actionnaires.

Mais Spotify n’est-il pas encore une entreprise en croissance ? Elle n’est certainement pas valorisée au poids de ses bénéfices. Au premier semestre 2021, par exemple, Spotify a réalisé un bénéfice net de seulement 3 millions d’euros pour un chiffre d’affaires de 4,5 milliards d’euros.

Si Spotify est toujours une entreprise axée sur la croissance, ne devrait-elle pas préserver son capital pour investir dans des podcasts exclusifs et autres – des efforts qui pourraient lui donner un pouvoir de tarification à l’avenir et permettre une croissance plus forte des revenus et des marges brutes au fil du temps ?

Pour y répondre, il va falloir vérifier le bilan de l’entreprise. De ses résultats du T2 2021 , voici les chiffres clés :

  • Spotify a clôturé le deuxième trimestre avec « 3,1 milliards d’euros de trésorerie et équivalents de trésorerie, de trésorerie soumise à restrictions et d’investissements à court terme ».
  • Et au deuxième trimestre, Spotify a généré un cash-flow libre de 34 millions d’euros. Ce chiffre était en hausse de 7 millions d’euros par rapport à l’année précédente malgré “des besoins en fonds de roulement plus élevés résultant de certains paiements de concédants de licence (retardés par rapport au premier trimestre), des paiements liés aux podcasts et des créances publicitaires plus élevées”.

Plus simplement, malgré le fait de payer pour des efforts qui sont généralement considérés comme la clé de la capacité à long terme de Spotify à améliorer ses marges brutes – et donc sa rentabilité nette – l’entreprise continue de gaspiller de l’argent. Et avec un énorme compte bancaire qui rapporte peu, grâce aux prix globalement bas des espèces et des avoirs équivalents, Spotify utilise une partie de ses fonds pour racheter des actions.

En dépensant 1 milliard de dollars au cours des prochaines années, Spotify ne nuira pas matériellement à sa situation de trésorerie. En effet, il restera incroyablement riche en cash. Cependant, cette décision peut aider à défendre sa valorisation et à satisfaire les investisseurs qui démangent. De plus, comme la société achète ses actions à un prix ferme par rapport à la valeur récente du marché, elle pourrait obtenir quelque chose qui s’apparente à un accord, étant donné la confiance à long terme de Spotify dans la valeur de sa propre entreprise.

Peut-être que la meilleure question à ce stade n’est pas de savoir si Spotify est une entreprise étrange pour avoir décidé de rompre une partie de sa richesse pour les actionnaires, mais plutôt pourquoi nous ne voyons pas d’autres entreprises technologiques à l’équilibre avec des flux de trésorerie neutres et de gros comptes faire le même.

5 1 vote
Article Rating
Subscribe
Notify of
0 Comments
Inline Feedbacks
View all comments